Innovation urbaine : le premier parking flottant dévoilé

featured_image_parking_flottant_980x490

Pour lutter contre la densité toujours plus importante des zones urbaines, les villes et les architectes du monde entier recherchent des solutions innovantes pour rentabiliser les espaces, tout en offrir des espaces verts. Dans l’esprit du mouvement « urban living », les villes se tournent vers des stratégies d’aménagement durable et vers les dernières technologies pour améliorer la qualité de vie. Les projets les plus innovants se dévoilent, à l’image du premier parking flottant qui pourrait amener une nouvelle approche dans l’aménagement des villes à forte densité.

Cette innovation pourrait répondre à de nombreux défis comme limiter la quantité de places de stationnement dans les rues, sécuriser les villes contre le nombre croissant d’intempéries, libérer davantage de place pour créer des espaces verts et financer l’adaptation des villes au changement climatique. Voici POP-UP, un projet qui met en lumière une nouvelle manière de construire et d’aménager les zones urbaines.

Un principe simple pour un défi conséquent

POP-UP est une innovation présentée par le cabinet d’architectes danois Tredje Natur, à savoir un parking flottant qui s’élèverait avec la montée des eaux de pluie, sur la base du principe d’Archimède selon lequel tout corps plongé dans un liquide subit une poussée du bas vers le haut.

Concrètement, en cas de pluie, le réservoir absorbe les précipitations, faisant monter ou descendre le parking, protégeant ainsi la zone des inondations. Le réservoir permet en effet de stocker jusqu’à 28’000 mètres cube d’eau. En temps normal, le réservoir d’eau situé sous le parking sera vide et la structure de stationnement fonctionnera comme un parking souterrain traditionnel, accessible par une rampe d’accès au sol. En cas de fortes pluies, voire de pluies torrentielles, les eaux traversent les systèmes de filtration et pénètrent dans le réservoir. Au fur et à mesure que le parking s’élève, la structure reste accessible aux voitures et aux piétons, quel que soit le niveau de l’eau dans le réservoir. Une fois que le système d’égouts déjà en place reprend le traitement de l’eau de pluie, cette dernière y retourne lentement et la structure est ramenée dans le sol.

Quant au parking à proprement parler, ce sont 300 véhicules qui pourront y trouver leur place, répartis sur cinq étages. Enfin, les espaces verts ne sont pas oubliés puisque les 2’830 mètres carrés à la surface seront recouverts d’une grande végétation, offrant des nouveaux lieux de vie à la population.

Une adaptation aux changements démographiques et à la mobilité

En 2050, la population de notre planète devrait atteindre plus de 9 milliards de personnes. La migration vers les villes ne cesse de croitre et les espaces urbains sont sous pression en raison du nombre de véhicules et du trafic engendré dans les rues. Les parkings se multiplient pour répondre à cette forte tendance, au détriment des espaces verts. En parallèle, le débit d’eau étant de plus en plus important, les villes se retrouvent rapidement inondées et construisent toujours plus des réservoirs d’eau souterrains. Aujourd’hui, pour lutter contre ces changements climatiques et démographiques, le stockage des eaux de pluie doit être repensé, tout comme l’aménagement d’espaces verts.

Identifier les zones potentielles

Pour prévoir dans quels endroits de la villes ces constructions devraient prendre place, il faudra superposer sur une cartes les zones naturellement basses où se concentrera l’eau, et les places de stationnement existantes. Avec le projet POP-UP, il ne s’agit pas seulement de créer plus d’espaces verts et de places de stationnement, mais d’offrir une qualité de vie dans les différents lieux de la ville très fréquentés.

Avec ce projet original et innovant, les architectes du cabinet danois espèrent diminuer la densité urbaine et rendre les villes de demain plus agréables. L’innovation POP-UP illustre de manière positive comment les villes peuvent changer les habitudes et s’adapter aux changements climatiques et démographiques, dans un esprit de durabilité.

INTERVIEW DE HULDA HALLGRÍMSDÓTTIR,
HEAD OF BUSINESS DEVELOPMENT AND COMMUNICATIONS DE TREDJE NATUR 

_________________________________________________________________________________________________

lifetimedesign.ch Sur quelles constations le projet POP-UP est-il né ?

Hulda Hallgrímsdóttir : À l’origine, l’idée est née d’un dialogue avec l’entreprise de services publics du Grand Copenhague (HOFOR), au sujet des nombreux réservoirs d’eau prévus à Copenhague. Les réservoirs d’eau, très coûteux, monofonctionnels et vides le 99% du temps, devaient être remis en question, en recherchant un meilleur rapport qualité-prix. Ces réservoirs doivent être placés dans les zones urbaines les plus denses, où le stationnement souterrain n’occuperait pas tout l’espace en surface. Avec ce projet, nous libérons de l’espace au-dessus du sol pour de nouveaux usages.

lifetimedesign.ch POP-UP va-t-il révolutionner la construction ou l’architecture/l’ingénierie ? Si oui, de quelle manière?

Hulda Hallgrímsdóttir : POP-UP n’est pas seulement une réponse d’urgence à une situation climatique préoccupante. Il s’agit d’une solution constructive et humaine répondant à un défi créé par l’homme en période d’urbanisation et de migration de masse. POP-UP est un projet mis au point par des architectes et des ingénieurs pour transformer le défi coûteux et décourageant de l’adaptation climatique en un résultat positif.

Le projet a été étudié pour des villes comme New-York, mais dans quelles autres villes pourrions-nous voir apparaitre ce même type de constructions ?
POP-UP peut s’adapter à d’autres grandes villes confrontées à des problèmes similaires de changement climatique et répondre à des besoins supplémentaires telles que la mise en place d’abris d’urgence, de stockage de nourriture, de stationnement pour vélos ou encore de filtration de l’eau.

lifetimedesign.ch Combien de temps faudra-t-il encore attendre avant de voir se concrétiser le premier parking flottant ?

Hulda Hallgrímsdóttir : Depuis la publication du projet, THIRD NATURE a reçu des demandes intéressantes d’Amérique du Nord et de Chine. Le bureau espère avoir la possibilité de concrétiser POP-UP dans un futur proche dans l’un des pays du C40.

lifetimedesign.ch Les villes intéressées doivent-elles voir POP-UP comme un investissement pour l’environnement et une meilleure qualité de vie en ville ?

Hulda Hallgrímsdóttir : Les villes vont changer en raison du changement climatique et de l’expansion des populations urbaines, créant une demande pour de nouveaux types de nature urbaine hybride. Cela implique un nouveau type d’architecture qui incarne l’expérimentation, la créativité et l’apprentissage, faisant en sorte que nos villes s’adaptent à ce qui vit dans la ville, et non l’inverse. Généralement, nous considérons l’urbanisation, la croissance, la qualité de vie accrue et la durabilité comme des contradictions. En réalité, ils sont les préalables les uns des autres, et devraient donc être considérés comme une partie essentielle de la solution plutôt que comme une partie du problème.

Voir le projet global : tredjenatur.dk

Mélina Neuhaus
Mélina Neuhaus

Co-fondatrice et directrice de communication/relations publiques Elitia Communication