La réalité augmentée, une technologie au service de l’immobilier

,

Soufian-Mahlouly,-CEO-von-opticalethegame_1

Parmi les évolutions technologiques les plus tendances, on ne parle que de la réalité augmentée. Depuis quelques années, elle fait son apparition dans les domaines les plus variés, notamment la construction et l’immobilier. Nous avons rencontré Soufian Mahlouly, CEO de Furinkazan et créateur d’Opticale, un jeu réputé pour la qualité de l’intégration de la réalité augmentée. Outre le domaine du gaming, cette technologie s’adapte parfaitement au secteur de l’immobilier. Il nous livre sa vision de cette évolution qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Vous avez développé le jeu Opticale qui utilise la géolocalisation et la réalité augmentée. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est la réalité augmentée et comment elle a fait son apparition dans les jeux vidéos et autres applications ?

Soufian Mahlouly: La réalité augmentée est un moyen d’ajouter des données à ce que l’on voit à travers l’appareil photo d’un smartphone, d’un ordinateur ou d’une tablette. Ces informations peuvent être de toutes sortes, comme par exemple nous indiquer le nom d’une montagne qui s’élève face à nous ou faire apparaître un objet en trois dimensions sur la table de notre salon. L’appareil reconnaît l’environnement dans lequel nous nous trouvons, en y ajoutant des éléments spécifiques. La réalité augmentée peut s’exprimer de manière fixe lorsque vous utilisez une application pour reconnaître une constellation d’étoiles, ou de manière aléatoire, pour faire apparaître une créature en mouvement dans l’espace nous environnant par exemple.

Comme toutes les technologies, la réalité augmentée est un outil offrant de nombreuses opportunités extrêmement intéressantes. C’est en fin de compte à nous de trouver l’usage adéquat. Sa seule limite est notre imagination.

Le jeu « Pokémon Go », que l’on ne présente plus, a remporté un énorme succès au point de devenir un phénomène de société. Comment l’expliquez-vous ?

Soufian Mahlouly: Bien que personne ne se soit attendu à un tel succès, pas même les créateurs du jeu, il s’explique surtout par le fait que ces technologies, en plus d’êtres utilisées de manière inédite, étaient parfaitement adaptées à un tel concept. Attraper un Pokémon dans le monde était un rêve pour de nombreuses personnes ayant grandi avec la version de la console du jeu. Aucune autre licence au monde n’aurait pu avoir un tel impact et tout était réuni pour réussir à plaire au plus grand nombre.

De notre côté, avec Opticale, nous avons été enthousiasmés d’imaginer qu’il soit possible de créer une aventure grandeur nature où le joueur interagit avec l’environnement qui l’entoure avec la possibilité de partir à la découverte d’un monde inconnu. Encore une fois, même si les technologies utilisées sont un moyen de capter le consommateur, c’est par l’univers complet, le graphisme travaillé et la profondeur de l’histoire que les utilisateurs vont vraiment s’attacher. Même si nous travaillons sur ce projet depuis de nombreuses années et que nous aurions préféré sortir le jeu en premier, l’arrivée de Pokémon Go a validé un nouveau marché et a démontré aux consommateurs la manière avec laquelle ces technologies fonctionnent.

Ce succès s’est en fin de compte révélé être une belle opportunité pour nous. Notre univers plus adulte et profond a capté l’attention des utilisateurs rebutés par l’aspect enfantin de Pokémon Go ainsi que celui des joueurs désireux d’explorer un monde parallèle peuplé de créatures mythiques, entre leur smartphone et le monde réel. Nous espérons bien nous positionner comme le nouveau concurrent de Pokémon Go en proposant cette expérience unique.

Pensez-vous que la réalité augmentée peut avoir sa place dans l’économie de l’immobilier, dans la construction, voire d’autres domaines ?

Soufian Mahlouly: La réalité augmentée peut avoir sa place dans tous les secteurs. Ce qui compte est de lui trouver un usage utile et intéressant et de savoir comment l’intégrer. Le secteur immobilier a déjà prouvé son efficacité en l’utilisant de manière productive et intelligente. Par exemple, en architecture ou en décoration d’intérieur, il est déjà possible de visualiser un objet intégré à son propre espace de vie. Grâce à la modélisation 3D, les futurs propriétaires peuvent se rendre compte de l’apparence de leur maison, avant même sa construction.

 

Aujourd’hui, le consommateur a besoin de se projeter avant de prendre sa décision finale. La réalité augmentée facilite le processus décisionnel tout en l’accélérant. Pour la vente de biens immobiliers, elle représente un avantage considérable tant pour l’architecte qui peut adapter son projet pour répondre aux besoins individuels, que pour le client qui pourra avoir une idée précise du résultat en quelques clics.

Concrètement, de quelle manière les acteurs du secteur immobilier peuvent intégrer la réalité augmentée ?

Soufian Mahlouly: La réalité augmentée permet par exemple une modélisation, sur place, d’un bien immobilier. L’architecte, le promoteur ou même l’agence immobilière peuvent ensuite adapter certaines données comme des distances par exemple. L’avantage réside dans la proposition d’un concept global telles des visites virtuelles. Inutile désormais d’attendre ou même de se déplacer pour se faire une idée précise d’un bien immobilier; il suffit de visualiser son futur appartement ou sa future villa pour se décider à l’acheter. Les agences immobilières de luxe investissent de plus en plus dans la modélisation 3D de leurs biens, pour les vendre plus aisément à l’étranger.

Au Brésil par exemple, une entreprise immobilière a modélisé tout un immeuble en 3D pour que les acheteurs potentiels puissent visualiser leur futur logement. Résultat : en un seul week-end, tous les appartements ont été vendus.

Cette technologie est-elle réservée à l’élite en raison de son coût ?

Soufian Mahlouly: Je pense qu’elle est ouverte à tous et ses coûts de mise en place ne sont pas forcément exorbitants. D’autant que, si elle est bien utilisée, la réalité augmentée a le potentiel de créer un retour sur investissement phénoménal en accélérant le processus d’achat. Dans le cas des biens immobiliers de luxe, il peut être très intéressant d’investir dans une modélisation 3D de qualité afin que l’acheteur potentiel puisse se projeter pleinement dans les moindres recoins de sa future maison. Pour les biens plus modestes, on peut tout à fait imaginer qu’une gérance ne prenne pas la peine de modéliser une maison dans ses moindres détails, mais qu’elle en propose une visualisation à échelle réduite, dans son showroom ou sa vitrine. Ce genre de pratiques n’étant pas encore très répandue, elles ont également l’avantage de provoquer un effet «waouh» chez le consommateur.

Quelles sont les limites de cette technologie et quelle suite prévoir ?

Soufian Mahlouly: L’écran de son smartphone ou de sa tablette est la seule limite car la réalité augmentée n’est perceptible qu’à travers un écran. Cela dit, aujourd’hui, ces appareils performants sont accessibles à tous. Les spécialistes et les programmes sont prêts à répondre à la demande en constante augmentation, y compris dans le secteur de l’immobilier.

Cette technologie et la reconnaissance de l’environnement ne feront que de s’améliorer, apportant un intérêt toujours plus prononcé pour l’utilisateur. Ce dernier se retrouvera face à des images toujours plus réalistes, pour des expériences toujours plus fortes.

Outre le secteur immobilier, la médecine progresse également grâce à cette technologie pour un taux de réussite d’opérations toujours plus élevé. Maintenant que la réalité augmentée commence à faire ses preuves, elle va rester pour durer.

Plus d’informations sur Opticale Game : www.opticalethegame.com

Mélina Neuhaus
Mélina Neuhaus

Co-fondatrice et directrice de communication/relations publiques Elitia Communication