La rénovation sous le regard de l’architecte

La rénovation de bâtiment est un processus bien plus complexe qu’il n’y paraît. Bien qu’elle ait l’avantage d’offrir une deuxième vie à un bien, tout en lui redonnant de la valeur, les étapes du projet peuvent prendre plusieurs années. La rénovation est pourtant très en vogue. Gardien d’une riche histoire, le bâtiment est rénové en prenant en compte son environnement, son état de santé et les normes de sécurité à y intégrer. Un véritable défi pour les architectes.

Quelles sont les tendances architecturales en matière de rénovations, quelles sont les étapes clés et que faut-il prendre en compte tout au long du projet ? Pour y répondre, nous avons rencontré Guillaume Wicht, architecte EPFL et fondateur de Guillaume Wicht Architectes SA. Basé dans les cantons de Vaud et de Berne, le bureau d’architectes a développé une spécialité dans la rénovation de bâtiments dont des manoirs, des châteaux et des biens issus du patrimoine classé.

Visuellement, tout est question de cohérence

Lorsque l’on demande à Guillaume Wicht comment s’y prendre pour rénover un bâtiment, sa réponse est claire : « J’ai tendance à dire que c’est le bâtiment qui va nous parler. Nous allons certes devoir travailler avec des éléments existants mais aussi réaliser des recherches archéologiques pour retrouver la couleur d’origine du bâtiment par exemple et se demander si elle est encore adaptée. Idem pour la recherche de matériaux à utiliser. Pour garder le charme de l’ancien, la tendance en matière de rénovation de bâtiments est de travailler avec des matériaux naturels tels que la pierre, la chaux ou le bois, et d’éviter par exemple d’intégrer des fenêtres en plastiques ou des volets en aluminium. Dans le cas où le bâtiment n’a été que partiellement conservé, nous allons réfléchir à intégrer des éléments très contemporains dans des structures anciennes. »

Rénover un bâtiment patrimonial est un luxe

Si de nombreuses familles doivent se séparer d’un patrimoine qu’ils affectionnent pour des raisons financières, certaines font le pas afin de préserver une histoire qui leur est chère. « La première question à se poser est de savoir si le client veut réellement sauver son patrimoine et s’il a les moyens financiers de le faire. Aujourd’hui, c’est un luxe de rénover un bâtiment patrimonial. Il faut savoir qu’il y a peu de différence de coûts entre construire à neuf et transformer un bien existant, non pas en termes de matériaux, mais plutôt par rapport à la durée du chantier. Travailler sur un bâtiment existant prend plus de temps que de construire à neuf. Se lancer dans un projet de rénovations est une grande aventure qui peut durer plusieurs années. »

Le défi de remettre un bâtiment au goût du jour

Si la réflexion des architectes s’effectue toujours dans un esprit de cohérence, la première approche est de définir ce qui doit être maintenu et quelles sont les valeurs à conserver pour enfin définir de quelle manière intégrer ou réinterpréter le reste des volumes, notamment avec l’intégration de nouveaux matériaux. « Une partie des bâtiments soumis à rénovations sont vides et inoccupés depuis parfois des dizaines d’années. Il faut les assainir, régler les problèmes d’humidité, remettre à neuf toute la santé de la structure. »

Avant tout, il faut trouver du sens à cette rénovation

« Si l’on considère qu’une structure a une valeur patrimoniale qui mérite d’être maintenue et conservée, la première étape importante est de lui trouver un sens. Ce sens doit s’inscrire dans la société dans laquelle nous vivons », explique Guillaume Wicht. Pour que le bâtiment ait une véritable fonction, il doit subir certaines réadaptations afin de pouvoir le maintenir en santé. Un défi pour l’architecte qui doit prendre en compte un grand nombre de contraintes, notamment le patrimoine connexe à la question du bâtiment lui-même, comme trouver des artisans capables de faire des enduits à la chaux ou des fenêtres à l’ancienne.

Remise aux normes d’aujourd’hui

La remise aux normes en matière de sécurité, de protection contre les incendies et les chutes font partie des étapes importantes lors de rénovations de bâtiments. « La difficulté est de ramener un haut niveau de sécurité engendrant des éléments nouveaux, tout en gardant l’esprit de l’ancien ».

Architecture durable

Afin de répondre aux normes et aux tendances en matière de développement durable, l’architecte doit intégrer simultanément des notions de confort et d’économie d’énergie en trouvant un juste équilibre.

Durant ces longs mois de réhabilitation, la phase la plus palpitante est de découvrir la transformation au fil de l’avancement des travaux « Le suivi du chantier est passionnant car nous devons nous adapter à ce que l’on y trouve. Dès le moment où nous commençons à travailler la structure, le bâtiment reprend vie petit à petit tout au long de cette phase de second œuvre. C’est magnifique de voir la satisfaction des propriétaires lorsqu’ils reviennent voir l’évolution des travaux. »

Une rénovation réussie c’est lorsque l’énergie du lieu a changé

Guillaume Wicht ne s’est pas spécialisé dans les rénovations par hasard. Il a depuis toujours été attiré par ce type de projets : « Rencontrer une maison, c’est comme rencontrer une personne, on sent de suite si elle veut ou si elle ne veut pas. La satisfaction que l’on ressent après la rénovation est immense, mais il faut de la patience. C’est ce changement d’énergie entre le début et la fin des travaux qui me fait vibrer. »

Remettre de la vie à l’intérieur d’un bâtiment qui n’en avait plus et qui avait perdu sa superbe représente le défi des architectes. Au delà de l’aspect visuel et de correspondre à des tendances architecturales édictées par les magazines d’influences et les médias sociaux, la réussite d’une rénovation repose sur un changement certes visible de nos yeux, mais également plus profond. « Des clients satisfaits, une énergie différente et une âme gardée. Voilà ce qui représente pour moi la réussite d’une rénovation », conclut Guillaume Wicht.

Mélina Neuhaus

Co-fondatrice et directrice de communication/relations publiques Elitia Communication