L’Hôtel de Berri Paris

,

Des peintures éloquentes à même les murs, un mariage de texture et de formes géométriques, des œuvres d’art surprenantes et des couleurs contrastées forment le décor du nouvel hôtel du groupe hôtelier international Marriott, l’Hôtel de Berri à Paris. À quelques pas des Champs-Elysées, l’établissement de l’enseigne « The Luxury Collection » qui a ouverte ses portes en juillet 2018, interpelle par son approche décalée du luxe et son design aux milles surprises, pour proposer fièrement un art de vivre typiquement parisien.

« Se sentir ailleurs, mais aussi bien que chez soi » 

Bien que ses 40 chambres et 35 suites, ses larges espaces, son spa, son fitness et son restaurant respectent totalement les codes de l’hôtellerie de luxe, les propriétaires de l’établissement ont voulu sortir des sentiers battus en proposant des chambres à la décoration et aux couleurs complètement différentes contenant des meubles, objets et tableaux chinés par les décorateurs, sur fond de cheminées anciennes. Avec un mot d’ordre comme « se sentir ailleurs comme chez soi dans sa demeure », le pari semble réussi. Et comme si l’intérieur ne suffisait pas à l’émerveillement, il suffit de se diriger vers le jardin pour découvrir un immense parc privé verdoyant, s’étalant sur une surface de 3000 m2 comprenant plantes et arbres centenaires : un héritage du passé du bâtiment qui se devait d’être conservé. Un charme dissimulé au cœur de Paris, créant un havre de paix à quelques mètres seulement des klaxons des Champs-Elysées.

« Depuis l’ouverture officielle de l’hôtel le 15 juillet 2018, le retour des clients est excellent. Les clients sont surpris par la décoration des différents espaces et des chambres. Ils apprécient d’avoir la possibilité de venir plusieurs fois séjourner à l’hôtel tout en découvrant à chaque fois une chambre complètement différente », explique Madame Camille Ielli, coordinatrice communication et marketing de l’Hôtel de Berri, en ajoutant que « le succès de l’hôtel repose notamment sur sa localisation dite premium, au cœur du Triangle d’or, à quelques pas des Champs-Elysées et de la rue du Faubourg St Honoré ».

Le design : une référence à l’art d’hier à aujourd’hui

Pour raviver l’esthétique des légendaires designers français du XXe siècle, tout en ajoutant une touche contemporaine, la conception artistique a été confiée à l’architecte décorateur Philippe Renaud. « Notre choix s’est porté sur Philippe Renaud car il est un scénographe reconnu dans le monde des arts, avec une culture et un gout hors norme », précise Madame Ielli. Grâce au mélange de ses propres idées et de celles de la famille Dokhan, hôteliers parisiens réputés et propriétaires des lieux, le résultat parle de lui-même. Le hall d’entrée a été travaillé pour rappeler une résidence royale menant à la salle des sculptures dont certaines proviennent de l’atelier de moulages du Louvre. L’originalité veut que la « Sculpture Room » soit un salon de thé où l’on aimera passer du bon temps.

Il suffit de parcourir l’hôtel quelques minutes pour réaliser à quel point l’art domine les lieux. Si certains sont surpris à observer les œuvres de Giacometti, Jean-Michel Frank, Madeleine Castaing, Henri Samuel ou encore David Hick, d’autres auront reconnu les subtiles références à des créateurs de mode tels que Jeanne Lanvin, Marie-Laure de Noailles, Coco Chanel et Elsa Schiaparelli, égérie de la vie parisienne qui a vécu à cette même adresse pendant 40 ans.

Côté restaurant, difficile de rester impassible devant l’imposante fresque de l’illustrateur Hippolyte Romain, peintre de la vie parisienne actif dans le milieu de la mode et du cinéma. Il a orné les murs de dessins colorés de représentations de personnalités incarnant l’art et la vie mondaine parisienne. 

Avec cet intérieur vif et soigné, « Le Schiap », tenu par le chef exécutif toscan Michele Dalla Valle, se veut lieu de rencontre des parisiens branchés en quête d’originalité et de luxe revisité, séduits par le mariage des saveurs italiennes et de la cuisine classique française. Quant au bar, « Le Bizazz », avec son comptoir d’époque et ses cocktails réalisés par des mixologues, il s’impose comme l’endroit idéal pour prendre un verre avant de passer à table.

Si la propriété raconte désormais son histoire à travers le design de ses chambres et de ses espaces publics, sa façade extérieure peut se targuer elle aussi d’avoir quelque chose à dire. L’Hôtel de Berri est en effet le seul hôtel parisien à arborer une façade réalisée par l’architecte de renom Maurice Novarina. Un extérieur imposant notamment grâce à ses 54 mètres de long.

Installation high-tech en harmonie avec les lieux

Si le parquet, les hauts plafonds, les grandes fenêtres et les cheminées des chambres racontent l’histoire des lieux, la touche moderne est apportée par l’installation technologique. Equipées de boitiers Apple TV, d’un éclairage d’ambiance automatique, d’un accès Netflix et autres équipements high-tech, les chambres confirment l’état d’esprit du lieu : un luxe avec de nouveaux standards qui rend le minimalisme démodé et qui redonne la parole à l’excentricité, tout en gardant le confort au cœur des priorités. 

Un hôtel basé sur le respect du patrimoine culturel du XXe siècle

Bien plus qu’une bâtisse, l’Hôtel de Berri abrite une riche histoire. Sur ces mêmes terres, des anciennes pépinières royales ont laissé la place à d’innombrables hôtels particuliers autrefois occupés par l’élite parisienne. La princesse Mathilde, fille du prince Jérôme Bonaparte et fiancée historique de Napoléon III, y a vécu, tout comme la baronne de Berckheim, épouse du marquis de Colbert. C’est en voulant rendre hommage aux plus grands noms de l’art décoratif du XXe siècle, que l’hôtel a choisi de proposer une collection d’art privée réputée, sublimée par un environnement à l’élégance typiquement parisienne.

« Le plus grand défi a été de rassembler cette importante collection d’œuvres d’art, dont une partie de la collection privée de nos propriétaires », relève Mme Ielli.

Avec son audace, voire même son impertinence, l’Hôtel de Berri fait partie des établissements les plus tendances de la capitale française. Le talent de Philippe Renaud a permis de préserver l’histoire des lieux et de faire de l’établissement, une demeure plus qu’un hôtel. Avec cette magnifique refonte, le 22 rue de Berri écrit un nouveau chapitre de son histoire.

Site web de l’hôtel

Mélina Neuhaus

Co-fondatrice et directrice de communication/relations publiques Elitia Communication