«Nous construisons beaucoup moins cher que le secteur public»

Markus Mettler, CEO de la société Halter, a su susciter l’intérêt du public du Symposium de Poggenpohl grâce à un discours clair et précis. Le blog www.lifetimedesign.ch l’a interviewé au sujet de l’éventuelle déréglementation dans le secteur de la construction.

Dans un contexte économique difficile, la planification et l’augmentation des coûts représentent les premières mesures mises en place par les entreprises. Un appel extérieur en faveur de la déréglementation se fait toujours plus entendre. Dans le secteur de la construction, le SECO a constaté un coût d’un montant de 1,6 milliard de francs, uniquement lié aux problématiques de la diversité des règles, soit 6% du volume global. L’harmonisation de la législation en vigueur dans le secteur de la construction permettrait une plus grande uniformité dans la construction de nouveaux bâtiments.

Lors du Symposium de novembre 2015 organisé par Poggenpohl Groupe (Suisse) SA à Lucerne, le Dr. Thomas Borer a déclaré percevoir la déréglementation comme un outil important, permettant d’accroître l’efficacité des coûts dans l’industrie du bâtiment et de la propriété. Mais que signifient réellement ces propos ? Le blog Lifetimedesign a interrogé Markus Mettler, CEO de l’entreprise Halter AG, au sujet de ses préoccupations politiques relatives au maintien de la compétitivité des agents immobiliers dans un contexte moins positif.

Lifetimedesign: Dans quel domaine du secteur de la construction avons-nous besoin d’une déréglementation de toute urgence?

Markus Mettler: Je pense qu’une déréglementation serait nécessaire principalement en ce qui concerne les normes individuelles SIA qui appartiennent davantage aux travaux de diligence.

Lifetimedesign: Faut-il satisfaire une solution de concordat sur les créances ou y’a-t-il réellement un besoin d’uniformiser la législation ?

Markus Mettler: Selon moi, une standardisation des 30 concepts de construction et de pratiques de mesures dans le cadre d’un concordat est parfaitement logique. Nous retrouvons une uniformisation des termes et des définitions. Toutefois, je reste opposé à une harmonisation du droit de construction. Je pense que ceci ne prendrait pas suffisamment en compte les différents paramètres cantonaux mais également locaux. Un droit de construction harmonisé ne serait pas conforme aux structures fédérales et serait au final moins social puisque moins régional.

Lifetimedesign : Avec les différents actionnaires de l’entreprise, vous abordez toujours des projets plus complexes. Quelles sont vos préoccupations concernant la politique ou les autorités ?

Markus Mettler: Il est, tout d’abord, primordial de maintenir un dialogue ouvert entre les autorités et les personnes en charge de la gestion du projet. Nous devons miser sur le facteur humain et encourager une attitude positive dans la coopération. Je saisis chaque occasion qui m’est donnée pour dialoguer avec le maire en personne et ainsi discuter de notre projet en cours.

Concernant le développement de la société Hatler, j’encourage de manière permanente mon chef de projets à simplifier la gestion de ces derniers afin de permettre une réduction des coûts liés à la construction en elle-même. En comparaison avec des projets issus du secteur public, nous sommes bien moins cher et ceci n’est en aucun cas dû au fait que nous négocions de meilleurs prix ou que nous calculons mieux les coûts. Dans le secteur public, la capacité de réflexion et de réduction de certains projets n’est pas encouragée ; les fonctionnaires n’endossent pas toutes les responsabilités liées à leurs bâtiments.

Lifetimedesign: Lorsque le développement de l’activité est positif, il arrive souvent que les politiques soient sur la défensive par rapport à la construction en général et à la pression réglementaire. Pouvons-nous espérer, malgré la situation actuelle, que cette tendance s’estompe ?

Markus Mettler : Aussi contradictoire que cela puisse paraître, la situation est belle et bien tendue. Bien que l’activité de la construction soit intense, ce qui engendre de bonnes conditions économiques, elle inspire constamment une méfiance de la part des politiques et de la société en général. Et pourtant, dans des conditions économiques difficiles, tout le monde se réjouit que l’activité de la construction continue.

Lifetimedesign: Devons-nous voir cette compression comme une mesure contre l’incitation à l’extension urbaine en Suisse ou comme un système de récompense pour les propriétaires ?

Markus Mettler : Bien que le peuple suisse ne veuille pas d’une forte extension urbaine, il accepte des structures plus denses à condition qu’elles ne se trouvent pas dans leur environnement proche. Tout est mis en place pour que cet environnement reste tel qu’il est actuellement. C’est pourquoi, je soutiens des systèmes de récompenses destinés aux propriétaires. Pour 70 % des propriétés foncières se trouvant en mains de privés, la densification pourrait être provoquée en interne en remplaçant les nouveaux bâtiments.

Savoir plus de la Halter SA: www.halter.ch

Découvrez le Symposium 2015
Stephanie Steinmann
Stephanie Steinmann

Blogueuse de Männedorf (ZH)